Conférence : les fourmis

Rejoignez nous à 18h15 mercredi 26 mai pour la dernière conférence de la saison présentée par Philippe Wegnez !

Elle aura lieu en visio sur Zoom, vous pouvez la rejoindre en suivant le lien ci-dessous:

https://zoom.us/j/98780165009?pwd=NDZYR3hZV3lJTzFCTFZXQ21vdTVadz09

En cas de difficulté avec le lien, vous pouvez nous rejoindre directement sur Zoom avec l’identifiant et le mot de passe suivant

ID de réunion : 987 8016 5009
Code secret : m41efF

 

Une conférence à ne pas manquer !

 

« Elles piquent, mordent, nous dérangent dès le premier pique-nique, … » Voilà ce qu’on entend lorsqu’on parle des fourmis, sans plus s’y intéresser. Cependant, depuis la fable de Jean de La Fontaine « La cigale et la fourmi », jusqu’aux livres « Les fourmis », de Bernard Werber, en passant par le dessin animé « 1001 pattes », celles-ci font partie de notre imaginaire depuis bien longtemps. Ces insectes, même s’ils ne nous paraissent pas « utiles », ont toujours passionné quantité de personnes, du promeneur s’arrêtant dans les bois pour regarder une colonne de fourmis transportant de la nourriture, à l’amateur regardant une colonie se développer au travers d’un terrarium ou encore le scientifique étudiant le fonctionnement des fourmilières et les interactions vis-à-vis des autres espèces. Elles sont jaunes, noires ou rouges, elles piquent ou elles mordent… Mais peu de gens connaissent vraiment ces insectes. Or, il en existe plus de 200 espèces en France et pas moins de 14.000 dans le monde, présentant toutes sortes de particularités étonnantes. Selon les espèces, les colonies sont constituées de quelques individus à plusieurs milliers d’individus. Les biotopes les plus riches en termes de biodiversité sont les pelouses calcaires, les sites calaminaires, les escarpements rocheux, etc. Les nids sont en pleine terre, sous les pierres, sous les mousses, dans des branches mortes au sol ou sur l’arbre, en forme de monticules de terre ou de dômes formés d’aiguilles de résineux.

 

L’importance des fourmis pour la biodiversité

De nombreuses espèces de fourmis entrent en interaction avec une multitude d’organismes tant du règne animal que végétal. Les exemples les plus connus sont probablement ceux qui concernent certains papillons de jour dont les chenilles terminent leur développement en parasitant des fourmis du genre Myrmica. Il y a aussi certains diptères (« mouches ») dont le développement larvaire se fait au détriment de plusieurs espèces de fourmis des genres Lasius, Formica, Myrmica,… Il y a encore de très nombreuses espèces de coléoptères telles les Coccinelles, Claviger, Clytres, Cétoine… dont le cycle de vie est étroitement lié à la présence de fourmis (Formica rufa, Lasius alienus, Lasius flavus). Des relations aussi complexes qu’étonnantes.

 

Présentation des inventaires fourmis

La recherche des fourmis se fait à vue et elles sont récoltées à l’aide d’aspirateurs buccaux, de tamis à litière, de parapluies japonais et de filets fauchoir. Antarea privilégie essentiellement ce type de recherches, aux piégeages, afin d’obtenir un maximum d’informations sur l’écologie des différentes espèces de fourmis.

 

Venez découvrir cet univers passionnant avec toutes vos questions !

Laboratoire de Botanique et Cryptogamie
Faculté de Pharmacie
2, rue du Dr Marcland
87025 Limoges Cedex
université ouverte 
source de réussites